Le village d’Artemio – El pueblo de Artemio

Urco Miraño, petit village d’indiens Yagua de l’Amazonie péruvienne. Artemio en est le chef, et c’est en cette qualité qu’il se donne le devoir de tirer en avant sa communauté vers un développement nouveau. Les résistances ne manquent pas, les mauvaises expériences passées non plus. Pourtant il veut résolument prendre son destin en main et fait tout pour réussir à tracer pour lui et les siens un chemin équilibré entre tradition et modernité. Discours, pétitions et discussions ne sont qu’une partie des outils qu’il utilise pour arriver à ses fins. Entre vie quotidienne et actions pour faire avancer ses projets, nous suivons Artemio dans ses relations avec les membres de sa communauté.

===

Millénaires, les cultures et les modes de vies des peuples indigènes de l’Amazonie n’ont pourtant jamais cessé de se transformer. Durant les dernières décennies les relations qu’ils ont entretenues avec le reste des sociétés régionales et nationales n’ont eu cesse de s’intensifier, marquées par la reconnaissance légale des communautés indigènes, l’intérêt grandissant des médias pour ces dernières, l’apparition de nouveaux leaders aux ambitions non seulement locales mais également nationales, ou l’intervention d’un nombre toujours plus grand d’ONG. Enfin, elle a également donné lieu à une sédentarisation massive, poussant les indigènes à devenir agriculteurs ou à s’introduire dans le tertiaire, notamment avec des projets touristiques, et à une politisation toujours plus importante de leurs actions.

« L’augmentation de la communication avec le reste du monde et la conséquence de la prolifération de convictions religieuses, de la scolarisation, de l’écriture des langues indigènes, des modes d’intégration à l’économie de marché et des formes de propriété de la terre, à l’intérieur des peuples indigènes a remis en question le concept de culture indigène même. » Santos Granero, anthropologue péruvien.

Considérant ces changements, je voulais faire le point sur les transformations les plus récentes dans la relation au monde des peuples indigènes de l’Amazonie. J’ai donc choisi de rester trois mois dans le village d’Urco Miraño, au Pérou, où vivent 400 indiens Yagua. Ce film pose non seulement la question des transformations dont le village a été le théâtre et à la manière dont il s’est formé, mais s’intéresse surtout à sa réalité actuelle et à ce que signifie le fait d’être Yagua aujourd’hui. En suivant Artemio dans ses différentes activités dans le village, et lors de ses interactions avec les autres habitants, apparaissent les enjeux résidant dans ses actions. Comment s’équilibrent tradition et modernité ? Quelles sont leurs aspirations et que font‐ils pour les atteindre ? Quelles difficultés rencontrent‐ils ?

===
Un documentaire artisanal de Robin Dianoux
2009 / 1h37 / VOST

Location:: Urco Miraño, Peru Category:: Documentary film Year:: 2009